Strasbourg : Le conseil municipal demande la dissolution de Bastion social

Le conseil municipal de Strasbourg a adopté, ce lundi soir, une motion demandant la dissolution d’un mouvement identitaire et la fermeture de son local installé dans un quartier étudiant de la ville. 

Depuis l'ouverture du local de Bastion social à Strasbourg, plusieurs faits de violences impliquant des sympathisants du mouvement d'extrême-droite sont passés devant la justice. Photo DR

Depuis l’ouverture du local de Bastion social à Strasbourg, plusieurs faits de violences impliquant des sympathisants du mouvement d’extrême-droite sont passés devant la justice. Photo DR

«Tant au titre de la sécurité publique que pour la préservation des valeurs républicaines (…) le conseil municipal demande unanimement au préfet la fermeture de l’Arcadia, et au gouvernement que le mouvement bastion social soit dissout», précise la motion soumise aux élus, à l’initiative du maire socialiste Roland Ries. Le texte a été adopté à l’unanimité des conseillers présents (50 voix pour, 0 contre, 0 abstention), en l’absence des conseillers RBM qui ont choisi de ne pas prendre part au débat.

«Les objectifs affichés par le bastion social reposent sur la discrimination et le rejet de l’autre. Ce sont des positions parfaitement contraires à celles de notre ville, capitale démocratique de l’Europe et ville des droits de l’Homme», souligne le texte.

Depuis l’ouverture du local l’Arcadia, «de nombreux désordres sont apparus, créant une ambiance anxiogène dans le quartier concerné» et plusieurs membres du mouvement identitaire «ont été condamnés depuis décembre à Strasbourg» ou «font l’objet de procédures judiciaires», indique la motion.

Dès l’ouverture du local, la mairie de Strasbourg avait fermement condamné l’initiative du «Bastion social». L’ouverture de «L’Arcadia», installé dans le quartier étudiant et populaire de l’Esplanade, avait provoqué une levée de boucliers des associations de gauche et d’extrême gauche, et des collectifs de vigilance contre l’extrême droite. Le slogan du mouvement, «Les nôtres avant les autres», avait suscité l’inquiétude de l’antenne de la Licra du Bas-Rhin, qui avait fait part de sa «profonde indignation».

L’Arcadia comprend un bar associatif et «un espace d’accueil pour les Français SDF ou dans le besoin», avait expliqué à l’époque un porte-parole du «Bastion social».

Samedi dernier, plusieurs centaines de personnes ont défilé pour la 2e fois contre le local à Strasbourg, scandant des slogans hostiles au mouvement identitaire. Une première manifestation avait réuni 250 personnes le 9 décembre.

Bastion social est un mouvement né à Lyon au printemps à l’initiative de Steven Bissuel, responsable local du GUD (Groupe union défense).
En mai 2017, ses membres avaient occupé un bâtiment désaffecté du centre de Lyon pour y héberger des SDF. Ils en avaient été expulsés en juin par la police, à la demande de la mairie, propriétaire du bâtiment.

 

Article initialement paru sur LALSACE.FR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *