LICRA Périgueux-Dordogne : Retour sur la commémoration de la Rafle du Vel d’Hiv.

Lundi 17 juillet 2017, Périgueux rendait un hommage aux victimes des crimes racistes et antisémites de l’État Français et aux Justes de France , en commémorant le 75ème anniversaire de la Rafle du Vel d’Hiv , en présence de madame Anne Gaëlle Baudouin-Clerc, préfète de la Dordogne, des autorités civiles, militaires et associatives, de messieurs Laurent Mossion premier adjoint au maire de Périgueux, Alain Tajcher de l’Association culturelle israélite de la Dordogne et Michel Testut vice-président de la Licra Dordogne. De nombreuses familles de déportés et de Justes ont assisté à cet émouvant hommage aux martyrs du Véld’Hiv, aux « Justes de France » et à madame Simone Veil, ancienne ministre, rescapée de la Shoah.

« Le 16 et le 17 juillet 1942 à Paris, 13152 juifs dont 4115 enfants sont arrêtés par la police française sur ordre du pouvoir français en place.8000 d’entre eux sont retenus dans des conditions inhumaines pendant 4 jours au Vélodrome d’Hiver avant d’être emmenés dans les camps du Loiret .Les autres sont dirigés vers Drancy puis déportés dans les camps d’extermination nazis. Sur les 13152 victimes de cette rafle seule une centaine a survécu. »                  

Pour Laurent Mossion. « Nous devons une reconnaissance éternelle à ces Justes de France, à leur humanité, à leur don de soi et à leur courage…Périgueux compte dans la population, une vingtaine de Justes parmi les Nations, dont les noms figurent à Yad Vashem, à Jérusalem. Ils sont des exemples pour nous tous ne l’oublions pas, ne les oublions pas…Ce devoir de mémoire est une exigence. Il doit animer notre combat contre toutes les formes d’intolérance, de haine, de racisme, d’antisémitisme et de discriminations. Il doit nous rassembler au delà de nos croyances et de nos convictions politiques. »                    

Pour Alain Tajchner. « N’oubliez pas le drame de la Shoah. Souvenez vous que, ni la culture, ni la science, ni la laïcité, ni l’Europe n’ont été des remparts contre le mal absolu. Ils furent en Europe, 6 millions à être exterminés simplement parce qu’ils étaient juifs. »                                                                                        

Pour Michel Testut. « Nous avons des valeurs à porter, nous avons des devoirs à assurer par rapport à nos ainés, le devoir de mémoire. Un devoir de témoignage auquel la Licra s’attache au quotidien car la transmission de la mémoire n’a rien d’automatique et appartient à tout le monde…Ce devoir de mémoire se double d’un devoir de vigilance, dans le combat en faveur des droits de l’Homme rien n’est jamais acquis. Il nous est interdit de baisser la garde même furtivement. Il faut faire comprendre aux jeunes générations pour qui la Shoah est si lointaine, que la passé est porteur de leçon pour l’avenir. »                                                                                                                                                             Pour madame Anne Gaëlle Baudouin-Clerc. « Cette journée est également dédiée à l’espérance et à la dignité humaine. En effet les Françaises et les Français refusèrent ces comportements barbares, ceux qu’on appela plus tard Justes parmi les Nations. L’initiative de cette reconnaissance revient à cette grande dame, cette femme déterminée, engagée, admirable, dont l’exemple devrait inspirer nos compatriotes. » 

Cette cérémonie a été suivie d’un dépôt de gerbes. La gerbe de la Licra a été déposée par le vice-président accompagné par Bruno Baylac petit fils de Juste et d’un jeune lycéen ayant participé au voyage de mémoire en Pologne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *