LICRA Touraine : retour sur le Challenge Michelet les 15 et 16 mai 2017

Les valeurs de la Résistance

Les 15 et 16 mai 2017, à l’occasion des épreuves sportives du Challenge Michelet qui s’est tenu à Dijon, de nombreux jeunes venus de toute la France, ont participé aux côtés de la Licra Touraine, invitée de la Protection Judiciaire de la Jeunesse Touraine Berry, à des séances de travail autour de la Résistance et de la Citoyenneté, grâce à la diffusion du documentaire du Camp des Milles intitulé « Comprendre pour agir ».

Ce support pédagogique propose une analyse historique et comparative des génocides du XXème siècle. Il aborde la question des totalitarismes à travers les mémoires partagées des Arméniens, Juifs, Tsiganes, Tutsis ainsi que les racines du comportement génocidaire.

Les points communs de toutes ces politiques exterminatrices ainsi que leur mode de fonctionnement légitimé par les projets idéologiques les plus barbares, sont mis ici en exergue. Ils se singularisent par l’intensité, les crispations identitaires, les violences de masse et la radicalisation de procédés visant psychiquement et physiquement les populations civiles jusqu’à leur élimination, avec l’objectif d’uniformiser la société.

Trois types d’exploitation sont présentés :

1/ Les circonstances et contextes qui conduisent à l’écriture génocidaire ;

2/ L’analyse des crispations identitaires et la duplicité ;

3/ La mise en garde contre l’indifférence, synonyme de complicité.

Ce volet réflexif décrypte les désastres de l’attentisme et donne les clés de la dynamique de mobilisation, de courage et d’engagement nécessaire, destinée à faire obstacle à l’escalade de l’intolérance, de la haine et des extrémismes.

« La transmission des valeurs de la Résistance est essentielle pour développer le sens des responsabilités, de la citoyenneté et de la solidarité, facilitateurs du vivre-ensemble », a rappelé Martine Strohl, Présidente de la Licra Touraine.

« L’objectif est de perpétuer chez les jeunes, la mémoire des résistants, des déportés et des victimes de toutes les infamies, afin que leurs combats et leurs souffrances ne tombent jamais dans l’oubli. Ces travaux liés à la mémoire à travers des formes de résistances multiples, créent un lien indélébile entre les générations et en font de nouveaux témoins, peut-être de nouveaux acteurs, que ce soit en tant que citoyens ou en tant qu’humains ». 

Réagir et s’engager, se rappeler que notre liberté ne permet pas qu’on s’abstienne, veiller au respect de l’autre, tel est le message de ces travaux éducatifs destinés à nous rappeler que, comme l’affirmait la grande résistante Lucie Aubrac, « Le verbe résister doit toujours se conjuguer au présent ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *