LICRA Périgueux-Dordogne : Retour sur une semaine de commémoration

Mai est un mois riche en commémorations, auxquelles ont assisté les représentants de la LICRA Périgueux-Dordogne : 

  • Le lundi 8 mai 2017 : commémoration du 72ème anniversaire de la victoire de mai 1945. En mémoire aux plus de 50 millions de victimes du conflit mondial, de nombreux périgourdins parmi lesquels des élèves du lycée Saint Joseph de Périgueux se sont associés à cette émouvante cérémonie.

  • Le mardi 9 mai 2017 : à l’École de Police.

Le mardi 9 mai 2017.Une cérémonie commémorative à la mémoire des policiers morts pour la France s’est déroulée à l’École de Police de Périgueux, sous la présidence de madame Anne-Gaëlle Baudoin-Clerc, préfète de la Dordogne. Monsieur Frédéric Menard, directeur de l’École et madame Laetitia Philippon, directrice de la Sécurité Publique avaient invité la section Périgueux à participer à cet hommage.


  • Le mercredi 10 mai 2017 : commémoration de la rafle du Palace.

Un poignant hommage a été rendu aux 211 périgourdins arrêtés par la milice et la police de Vichy. Regroupés au cinéma le Palace le 10 mai 1944, ils sont envoyés au camp de Saint-Paul d’Eyjeaux puis dirigés vers des camps de travaux forcés ou déportés vers les camps de concentration et d’extermination nazis. « Ils étaient juifs, francs-maçons, communistes, résistants ou simplement suspects… ».

 Ralph Winkler, ancien déporté, président du comité de liaison de la résistance et de la déportation, nous énumère toutes les rafles et arrestations menées en Dordogne, soit par l’occupant, soit par les forces de police et de répression française depuis le 26 août 1942. « L’oubli est une seconde mort et il est de notre devoir de n’oublier personne » dit il.

Laurent Mossion, premier adjoint au maire de Périgueux, appelle à la vigilance « la menace existe toujours. Elle a pour nom l’intolérance et le mépris, cette menace a pour nom l’exclusion et la haine, cette menace a pour nom le racisme et l’antisémitisme. Elle se nourrie de l’indifférence et de toutes les peurs mesquines… » Et de conclure : « Nous sommes ici pour témoigner en souvenir de ces 211 personnes, pour dire notre attachement aux valeurs de la République et transmettre à ceux qui nous suivent que les valeurs de la République sont fragiles… ».


  • Le vendredi 12 mai 2017

Le vendredi 12 mai 2017, sur l’Esplanade du Souvenir, s’est tenue la Cérémonie de Commémoration de « l’abandon des harkis ».Monsieur Hamid Khemache, président de l’Association des Harkis Dordogne, coordonateur de cette journée avait invité la Licra au dépôt d’une gerbe.

Cette cérémonie en mémoire à tous les supplétifs de l’armée française, abandonnés à leur propre sort à la fin de la guerre d’Algérie, a débuté par la lecture du télégramme du 12 mai 1962, point de départ de la tragédie qui allait se dérouler pour ces harkis et leurs familles :  des dizaines de milliers furent victimes d’exactions et de massacres, car considérés comme traites par les nationalistes algériens, pour les autres, plus chanceux rejoindre la France et vivre dans des camps de fortune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *