LICRA Lyon : Tractage entre deux tours le 1er mai 2017

Battre le pavé, pour faire battre le FN !

Au soir du premier tour, étions-nous aussi, Licra, menacés par l’apathie générale, cette banalisation de voir le FN se hisser au 2ème tour des élections ? Allions-nous céder à l’attentisme en espérant très fort que le FN fasse le score le plus faible possible au 2nd tour ? Non, parce que le FN n’est pas un parti comme les autres, nous ne pouvions donc pas réagir comme si le FN était un parti républicain.

Alors une vingtaine de militants ont choisi d’aller au plus près des citoyens, d’aller rencontrer ceux que peut-être, ils ne rencontrent que très rarement. Et surtout, contrairement à sa pratique historique, la Licra a appelé à voter pour un candidat. Parce que c’était la seule position militante envisageable pour une association antiraciste.

Les militants sont donc allés par équipe de 3 à 5, à l’arrivée du cortège de la manifestation du 1er mai, sur un campus universitaire puis sur les marchés, dans les quartiers prioritaires de la banlieue de l’Est Lyonnais : Les Minguettes à Vénissieux, le Mas du Taureau à Vaulx en Velin, Teraillon à Bron et St Priest centre.

« Vous votez la semaine prochaine ? » « Votez Macron, c’est la seule solution contre le FN », « vote mon frère, sinon on repart au pays en container ». Chacun son style pour aborder les flâneurs du marché.

« Non, on est pas un parti politique, mais une association antiraciste », « Vous ne pouvez pas voter, et vos enfants ? »… Très fréquemment, nos interlocuteurs s’arrêtaient quelques secondes voire quelques minutes pour échanger avec nous, pour nous dire parfois leur dépit face aux partis politiques, parfois leur conviction en faveur de Macron, parfois aussi, en faveur de Le Pen. Pourquoi ? « Parce qu’on a déjà tout essayé et pas le FN », « parce que les étrangers et les réfugiés nous prennent nos aides sociales » etc. Nous les connaissons ces réponses. Mais nous devons être armés pour leur répondre, nous devons pouvoir manier l’arme rhétorique et argumentative pour faire reculer cette idéologie du rejet de l’autre et de l’assignation identitaire.

Nous avons donné rdv à nos concitoyens avant le scrutin des législatives, sur les marchés, afin de poursuivre ces échanges et d’aiguiser nos arguments, afin de convaincre, ou à défaut, d’insuffler le doute dans les postures faillibles car maternées de préjugés et de peur. Les militants vont battre le pavé pour véhiculer aussi, leurs valeurs antiracistes et ne pas céder un pouce de terrain à ceux qui battent aussi le pavé, pour diffuser leur appel à la haine raciste, antisémite et au repli sur soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *