LICRA DRÔME : Compte rendu de la conférence de Tal BRUTTMANN du 14 mars 2017

 Le 14 mars 2017 à la Lux Scène nationale de Valence

Art et totalitarisme : la spoliation des biens et des œuvres suivi de la projection du film  « Illustre et inconnu. Comment Jacques JAUJARD a sauvé le Louvre ».

Cette conférence-projection organisée par la LICRA de la Drôme en ouverture de la semaine nationale d’éducation et d’action contre le racisme et l’antisémitisme était programmé dans le cadre du Focus du Musée de Valence sur ses collections et 7 œuvres spoliées pendant la guerre et non restituées (les MNR : Musée Nationaux Récupération)

La section de la Drôme représentée par son président Pierre PIENIEK qui rappelait en introduction comment cette soirée trouvait un écho avec les actions de la LICRA Drôme (transmission de la mémoire, veille juridique et éducation) et annonçait la création d’une antenne LICRA  à VALENCE.

La section qui avait organisé l’an passé un ciné débat avec le film SAM et JACKY suivi d’une conférence de l’historien Bernard DELPAL souhaitait élargir la thématique du sauvetage des enfants juifs en Drôme à la question de la spoliation des biens et des œuvres appartenant à des juifs pendant la guerre en lien avec la semaine du Musée.

La section a invité l’historien et chercheur grenoblois Tal BRUTTMANN (spécialiste de la Shoah ayant présidé la commission d’enquête sur la spoliation des biens juifs à Grenoble et en Isère) qui a tenu à distinguer le pillage de la spoliation juridiquement organisée.

Cette conférence de haut niveau a permis d’élargir la question de la spoliation des œuvres d’art, partie la plus spectaculaire et la plus médiatisée, et de comprendre l’ampleur du pillage des biens juifs organisé par les nazis en France et en Europe.

Quelques images projetées et d’une force incroyable, montraient la quantité et la diversité des biens et du matériel pillés entreposés dans trois camps parisiens où des juifs étaient contraints de travailler.

Tal BRUTTMANN n’a pas hésité à illustrer la complexité géopolitique du pillage en Europe avec le transfert vers Allemagne des biens pillés en France. Sa conférence a permis de mesurer l’ampleur de l’organisation implacable du pillage puis d’aborder dans un second temps la spécificité des œuvres d’art assemblées pour enrichir le futur Führermuséeum, projet grandiose qu’Hitler ambitionnait d’installer à LINZ en Autriche.

Colossales, les saisies effectuées ont d’abord frappé des collectionneurs et marchands de premier plan avant de toucher les familles plus modestes.

Ces œuvres permirent également d’enrichir les collections personnelles des hautes autorités allemandes comme Hermann Goring, grand amateur d’art. A la libération, plus de 60 000 œuvres sont retrouvés par les Alliés en Allemagne et en Suisse et la plupart rendues à leurs propriétaires ou ayants droit.

20 000 furent sélectionnées et confiées aux musées nationaux qui en ont la garde mais pas la propriété et désormais siglées MNR.

Le film Illustre et inconnu, comment Jacques JAUJARD a sauvé le Louvre traçait le portrait d’un grand résistant, directeur des musées nationaux pendant la guerre et racontait comment grâce à lui tous les chefs d’œuvres du Louvre ont échappé au pillage nazi.

La soirée fut un vrai succès avec 110 personnes pour la conférence et 80 personnes restées à la projection.

Un programme d’action culturelle a également été proposé aux scolaires (visites commentées de l’exposition, projections des films « Monsieur KLEIN » et « L’espionne aux tableaux. Rose VALLAND face au pillage nazi ».

TAL BRUTTMANN est auteur des livres « Aryanisation économique et spoliation en Isère (1940-1944) ». (PUG de Grenoble, 2010) et « Auschwitz ». (La Découverte 2015).

Jean Louis ROSSI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *