Licra Rhône-Alpes : Un théâtre forum à Vaulx-en-Velin pour mettre en scène le racisme et les discriminations.

La Licra Rhône-Alpes, partenaire du plan de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations de Vaulx-en-Velin, poursuit la collaboration initiée avec des travailleurs sociaux vaudais.

Après l’animation en novembre de deux séances auprès de jeunes âgés de 12 à 15 ans, mercredi 7 décembre la Licra était invitée au théâtre forum, qui venait clore un programme de 4 séances dédiées au racisme, à l’antisémitisme et aux discriminations. L’exposition sur le foot et la diversité avait également été entreposée pour l’occasion.

Une cinquantaine de participants était installée, dont une trentaine de jeunes et 6 membres de la Licra, face à un comédien fort habile, de la compagnie des Petits Pas Pour l’Homme.

Deux scénettes abordent les questions du racisme envers les personnes d’origine ou supposées « arabes » ainsi qu’envers les femmes voilées. A chaque fois, le comédien interpelle le public : qu’est ce qui vient de se passer ? Qu’aurait pu dire la collégienne passive en terrasse, qui n’ose pas réagir aux propos racistes d’une autre jeune ? Que répondre à cette passagère dans le bus, qui s’exclame en regardant une autre passagère, qu’elle en a marre des femmes voilées, et ne veut pas laisser sa place, alors qu’elle est enceinte. Les scénettes vont être rejouées plusieurs fois, par les spectateurs proposant de nouveaux scénarios, lesquels seront à chaque fois à nouveau commentés.

Dernière scénette : 3 jeunes sont reçus les uns après les autres en entretien d’embauche. Le premier s’appelle Mamadou, il exprime fortement sa motivation, il est diplômé et possède plusieurs années d’expérience. La suivante s’appelle Anaïs, est jolie, mais n’a pas la formation adéquate ni l’expérience. Elle semble pourtant plaire au recruteur. La dernière fait aussi forte impression jusqu’à ce qu’elle demande : « comment ça se passe pour les pauses ? », le recruteur lui rétorque : « Pourquoi me posez-vous cette question ? », « pour que je puisse faire la prière  », lui répond la candidate.

Puis, 3 semaines plus tard, Mamadou recontacte le recruteur qui abrège la discussion, sans donner de réels critères motivant son éviction du processus de recrutement.

Le comédien interpelle la salle : il est légitime de se questionner quant aux pauses pour faire la prière, est-ce que cela ne va pas poser de problèmes dans la continuité de la mission du salarié etc. ? Et Mamadou, que pourrait-il faire pour en savoir plus ? La scène est rejouée et de fil en aiguille, l’un des partenaires dans la salle demande : « et la Licra ? Est-ce que Mamadou pourrait venir vous voir ? » Le comédien interpelle alors les militants présents et leur propose de jouer la scène.

Martine et Isabelle prennent place, face au jeune qui joue Mamadou et introduisent l’accueil des plaignants : « Qu’est-ce qui vous est arrivé ? ». Mamadou raconte, la Licra l’interroge, le fait préciser : « Qu’est-ce qui vous a paru relever du racisme, ou de l’antisémitisme dans cet entretien d’embauche ? ». Finalement les militantes de la LICRA proposent à Mamadou de rédiger ensemble précisément ce qui s’est passé, au cours de l’entretien et après «  parce que, vous voyez, des choses vous reviennent que vous ne pensiez plus à nous dire … ». Un nouveau rendez-vous lui est donné, la semaine suivante : le récit de Mamadou sera relu, puis les militantes lui proposent des pistes d’action possibles : courrier de la LICRA au recruteur pour lui demander un rendez-vous, se rendre ensemble à ce rendez-vous, « mais on ne fera rien sans vous, sans votre accord ». Comme le précisera le comédien à l’issue de cette scène : « Mamadou est redevenu acteur ». Effectivement, grâce à l’accueil des plaignants, la Licra permet à tous de trouver un espace bienveillant d’expression d’une situation vécue, blessante, perturbante, et d’être accompagné, en redevenant acteur et non plus seulement victime.
Les acteurs en herbe ont été applaudis, la Licra a démontré au cours de cette scénette, sa capacité à recevoir, à écouter et à accompagner tous ceux qui en expriment le besoin. Les jeunes vaudais présents ce soir-là, ont, nous l’espérons, saisi le message.

La soirée s’est terminé par un buffet, ce fut l’occasion de nombreux échanges informels, entre les militants, les jeunes et les partenaires, afin d’entretenir et de prolonger ce qui se tisse peu à peu sur le terrain, avec chacun.

Un bilan de ce programme a eu lieu lundi 12 décembre, avec les travailleurs sociaux et la Licra et nous avons tous la volonté de prolonger le partenariat dans le cadre du Plan de lutte vaudais contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations.

file-expo1 file1-2 IMG_7862

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *