Licra Drôme : la fraternité en héritage.

Mercredi 18 janvier, la Licra Drôme a apporté une nouvelle pierre à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, en inaugurant ses nouveaux locaux à Romans-sur-Isère. La cérémonie, qui a fait salle comble, s’est déroulée notamment en présence d’Alain Jakubowicz, président de la Licra, de Mario Stasi, premier vice-président de la Licra, d’Alain Blum, président de la Licra Rhône-Alpes, de Gilles Clavreul, délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, du préfet de la Drôme, Eric Spitz, et de Romain Teufert, Membre du Conseil Fédéral de la Licra.

Pierre Pienek, président de la section LICRA de la Drôme est un président heureux. A la tête d’une section en plein essor et qui accueille sans cesse de nouveaux membres, dont un tiers de moins de 30 ans, il dispose d’un nouveau local dédié au partage, au militantisme et à la défense de valeurs défendues par la LICRA.

A l’occasion de cette inauguration, Alain Jakubowicz a rappelé que la Drôme est un territoire à enjeux pour la promotion de l’antiracisme. Le Front National est devenu, lors des dernières élections régionales, le premier parti du département tandis que des manifestations anti-réfugiés se sont développées à l’automne dernier, notamment dans le petit village d’Allex. « Ces manifestations contre l’accueil des réfugiés tournent le dos à l’histoire de ce territoire et à ses valeurs. La Drôme est la terre des Justes. Nous ne devons pas l’oublier et porter cet héritage » a rappelé le président de la LICRA lors de son intervention.

 La LICRA Drôme est une section exemplaire au sein de laquelle un véritable « esprit LICRA » règne et rayonne. Il est fondé sur une valeur essentielle, la transmission. Beaucoup de ceux qui ont édifié la LICRA ici sont les héritiers de notre histoire, celle des enfants cachés durant la seconde guerre mondiale et le travail de mémoire effectué en partenariat avec le camp des Milles est essentiel.  

La LICRA Drôme, c’est aussi la conscience du rôle de l’éducation, du sport et de la culture dans le combat antiraciste. Ses interventions auprès des jeunes sont des graines précieuses et le travail mené auprès des jeunes avec la Plateforme d’Insertion par l’Humanitaire et la Coopération est porteur d’avenir.

La LICRA Drôme, c’est enfin le numérique grâce à l’action de Romain Teufert, acquis à la nécessité de mener le combat antiraciste sur les réseaux et ne pas les laisser aux monopoles des extrémistes.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *