Licra Drôme : Un livre sur Germaine Chesneau, « Juste parmi les Nations »

Elle s’appelait Suzanne Wiznitzer et Josette Ullmo, une origine juive évidente qui, lors de la seconde guerre mondiale avait le plus grand risque de les conduire aux camps de la mort. Elles avaient 9 et 14 ans en 1943 quand elles arrivèrent au château de Sallmard à Peyrins, mêlées sous un faux nom à beaucoup d’autres pensionnaires au milieu des enfants du home qu’avait créé Germaine Chesneau en 1935. Josette dira dans son témoignage :  »Ma mère m’a donnée la vie, Germaine Chesneau l’a sauvée ». On dénombre plus de 120 personnes qui furent soustraites à la barbarie nazie à Peyrins.

Devenues Mmes Achache et Weill, toutes deux mères de quatre enfants et à la tête d’une belle descendance, venue ce beau jour à Peyrins de tous les horizons, elles ont construit leur vie sur des chemins tournés vers les autres, ce n’est sans doute pas un hasard ! Elles étaient là avec leurs familles, le 24 septembre dernier, faisant partager la vague d’émotion qui submergea toutes les personnes présentes…  Là, dans ces mêmes murs où elles furent accueillies avec beaucoup d’humanité, protégées, nourries, soignées, instruites et cachées dans les bois en cas d’alerte. Un retour sur mille épisodes, de petites histoires qui font la grande, et que rapporte l’ouvrage sur cette femme déterminée, courageuse et exceptionnelle qu’était Germaine Chesneau.

C’était en effet, la présentation du premier livre sur les actions de Germaine Chesneau (1894-1983) reconnue parmi les premiers Justes en 1969. Ecrit par Danielle Bertrand, Jean Sauvageon et Jacki Vinay assistés de Andrée Vignard et Marianne Ferrero deux des filles de Mme Chesneau témoins et acteurs directs des événements, il est préfacé par Bernard Delpal, historien et chercheur spécialiste de l’accueil des enfants juifs, qui fit le parallèle entre l’action de Germaine Chesneau et l’accueil des réfugiés d’aujourd’hui… « Germaine Chesneau, une grande Dame » est actuellement en librairie, édité par le Comité de Romans-Bourg-de-Péage de l’ANACR (Association Nationale des Anciens Combattants et Amis de la Résistance).

chesneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *