La Licra Touraine au collège Malraux d’Ambroise pour une rencontre enrichissante

A l’occasion de la seconde représentation théâtrale de « Max et les Poissons », le mardi 14 juin 2016, qui a réuni la Licra Touraine, le Théâtre du Passage, et le collège Malraux d’Amboise, autour d’un projet artistique lié à la préservation de la mémoire, six jeunes collégiens comédiens de l’établissement scolaire, se sont produits avec succès, sur la scène de la Médiathèque d’Amboise, devant leurs camarades de classe, conquis par leur maturité et leur talent.

En complément à cette représentation, André Panczer, ancien enfant caché durant la seconde guerre mondiale et Martine Strohl, Présidente de la Licra Touraine, étaient accueillis par le collège Malraux d’Amboise. C’est avec beaucoup d’émotion et de respect que les élèves de 5ème et de 4ème ont entendu le témoignage d’André Panczer, petit Français juif, flirtant dans un Paris revêtu de la botte nazie, avec les lois antisémites du gouvernement de Vichy, les interdictions des jeux de son âge, le port de l’étoile jaune, l’humiliation, la traque de la police française qui frappe brutalement à la porte de sa famille, la fuite, la séparation familiale, la clandestinité, la délation, la perte de son identité , la peur, les réseaux de sauvetage, la ligne de démarcation, l’hébergement à l’étranger…   Il n’oublie à aucun moment, le rôle majeur de la Résistance, des Justes, et le devoir de les honorer. L’occasion pour lui d’affirmer son soutien à l’accueil des  migrants, une population actuellement en souffrance.

Licra Touraine

73 années ont passé, le petit garçon est devenu ce grand Monsieur digne qui évoque la trame de son parcours chaotique, avec une remarquable précision chronologique. André Panczer, se prête spontanément aux questions des élèves et des professeurs, documents à l’appui, comme pour mieux graver le souvenir de ce morceau douloureux de l’Histoire qui relève de la vigilance, face à la montée de l’intolérance, et à la banalisation des actes racistes et antisémites.

Après « s’être félicitée de cette belle rencontre avec André Panczer », Martine Strohl, n’a pas manqué de rappeler «combien l’enseignement dans ce collège constitue un modèle d’exigence éthique et déontologique et a insisté sur la  mobilisation et l’implication bienveillante de Carole-Emilia Demoor, Principale du collège, et de son équipe pédagogique ; une authenticité et une constance de l’engagement, a-t-elle ajouté, dans une période où les codes sont troublés par l’individualisme, l’indifférence, et la démission ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *